Pochette de Jazz : ombre et lumière

S’il est un genre musical qui épouse idéalement la recherche graphique, c’est bien le jazz. La pochette de Jazz est un art en soi, un cas à part. Il ne s’agit pas, en la matière, d’élitisme mais d’excellence. Les musiciens de jazz sont souvent considérés comme plus techniques que leurs camarades des autres genres populaires. Ils se situent à mi-chemin entre les musiciens du classique et les musiciens pop. Il n’est donc guère surprenant que le soin apporté à la pochette de leur disque soit lui-même plus « recherché ».

jazz photo

L’approche graphique d’une pochette de Jazz est très influencée par le soucis de liberté et de prodigalité du jazzman. En ce sens, on notera une proximité indubitable entre l’univers de la pochette de Jazz, l’art de la photographie et l’art moderne.

Pochette de Jazz et photographie

Depuis la seconde guerre mondiale, puis au cours des années 1950, les villes de Los Angeles, Chicago et la Nouvelle Orléans ont vu émerger un univers particulier. Un milieu interlope où gravitaient musiciens, gangsters et artistes en tous genres. La sensualité propre au Jazz, exacerbée par la nuit, a nourri l’imagination de bien des photographes et cinéastes.

Évidemment, il est caricatural de lier une atmosphère en particulier à un genre musical. La notion même de genre musical n’est-elle pas grossièrement simplificatrice ? Il faut s’y résoudre, nous nous heurtons aux limites même du langage. Or, le Jazz est un jeu musical constant. C’est un système d’échos entre les clichés et les classiques d’une part, et la liberté la plus sauvage, la plus irrévérencieuse de l’autre.

On l’a compris : nous parcourons ici le royaume du subtil et du complexe. Nous sommes dans l’évocation, l’intuitif. C’est pourquoi la photographie et les clichés en noir et blanc font figure d’évidence sur nombre de pochettes de Jazz. Le noir et blanc met en exergue les nuances et les contrastes, comme le Jazz. Le noir et blanc met en valeur les pleins et les vides, comme le Jazz joue les silences et les notes, l’ombre et la lumière.

L’attitude physique du jazzman est naturellement propice à la photographie. Ce corps qui improvise en direct rapproche le musicien de jazz du sportif ou du danseur. Cette posture, cette présence dans l’espace, cette chaire en création est un sujet formidable pour un photographe. Pour une pochette de Jazz, cela constitue un message graphique fort et indémodable.

jazz photo

Pochette de Jazz et peinture

De part sa recherche artistique et une certaine distance vis à vis du paraître, le jazzman est sociologiquement plus proche des artistes des autres disciplines. De manière générale, il est un peu moins dans le jeu des apparences que – disons – le chanteur à minettes.

Cette proximité sociale avec les autres artistes offre à sa sensibilité d’autres voies, d’autres inspirations, notamment dans le domaine graphique. Ainsi, la liberté, la réflexion, la déconstruction et tant d’autres caractéristiques de la peinture contemporaine ne peuvent que lui parler.

Cette communauté de réflexion artistique propre au Jazz comme à la musique dite classique à bien des époques de l’histoire, ne pouvait que favoriser la présence de peintures sur les pochettes de Jazz.